Rapport de la cour des comptes sur la dépendance

Le 15 novembre 2005, par Louis LEVY,

Dépendance : la France a des progrès àfaire Sandra Boutin

Plus de 400 pages pour ainsi dire àcharge tant les lacunes du dispositif de prise en charge des personnes âgées dépendantes àla française sont criantes, àen croire Philippe Séguin, premier président de la Cour des comptes. Pas assez de places en institution, absence de lisibilité du système et de son financement, multiplicité des acteurs, tout est passé en revue. S’agissant par exemple du financement, Philippe Séguin dénonce : « on en est àun tel degré de sophistication de la complication que le terme d’usine àgaz paraît encore trop faible pour la caractériser  ». Et de poursuivre : « le pilotage n’est assumé ni par les départements, ni par l’assurance maladie, ni par l’Etat, ni même par la CNSA (caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, ndlr) récemment crée  ». Selon le rapport, l’offre de soins est non seulement insuffisante mais également mal répartie sur le territoire national et elle « ne répond qu’imparfaitement au besoin de globalité et de continuité des prises en charge  ».

Autrement dit : le dispositif a besoin d’être remis àplat, d’autant que les besoins en termes de prise àcharge de la dépendance vont aller croissant. Ainsi, selon la Cour des Comptes, « les personnes concernées pourraien,t voir leur nombre progresser de 50 à70 % d’ici à2040. De 800.000 en 2000, ce nombre pourrait en effet passer à1.000.000 en 2020 et à1.300.000 en 2040  ». Or, aujourd’hui, les dépenses publiques consacrées aux personnes âgées dépendantes sont estimées par la Cour des Comptes à15 milliards d’euros, soit environ 1% du PIB de la France : 60 % sont pris en charge par l’assurance maladie, 20% par les départements et 10 % par l’Etat.

Face àces constats, la Cour des Comptes préconise entre autres « de simplifier le chemin de financement de la dépendance  », de « cibler davantage les aides sur les personnes présentant les plus hauts niveaux de dépendance et bénéficiant des plus bas revenus  » mais aussi d’engager des travaux de prospective afin d’évaluer l’évolution du coà»t de la dépendance dans les décennies àvenir.

Philippe Bas, ministre délégué aux personnes âgées, n’a pas perdu de temps pour réagir àce rapport et rapidement diffusé un communiqué de presse rappelant que 20.000 places en établissements d’hébergement seront créées d’ici 2007 et ce, dans le cadre du doublement du plan Vieillissement et solidarité. D’ici la fin de cette année en outre, deux tiers des places existantes seront médicalisées. Et puis, fin 2007, plus de 17.000 places de services de soins infirmiers àdomicile seront créées. Enfin, Philippe Bas a chargé le Commissariat au Plan de lui rendre un rapport en janvier prochain de façon à« définir les politiques d’accompagnement nécessaires àla prise en charge des personnes âgées, aussi bien àdomicile qu’en établissement, tout en assurant le développement de l’ensemble des services qui peuvent leur être apportés  ».

Consultez le rapport de la Cour des Comptes

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
9 novembre 2005
Statistiques de l'article :
17 visiteurs aujourd'hui
11403 visiteurs cumulés
Mots-clés :

Google

La citation du jour

Visiteurs ! Où êtes-vous ?

Map IP Address
Powered byIP2Location.com

Identifiez-vous

Certaines rubriques du site ne sont accessibles qu'aux visiteurs identifiés


mot de passe oublié ?

SPIP 1.9.2c [10268] | BliP 2.4 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 2517 (3144266)