Revue de presse Alzheimer

Le 17 juin 2007, par Louis LEVY,


- Revue systématique du risque lié à la conduite automobile et efficacité des stratégies compensatrices chez les déments
-  Quelle relation entre les marqueurs de l’athérosclérose, le polymorphisme de l’APO-E et la démence
-  La présence cumulée de troubles visuels et cognitifs accroît-elle le risque de handicap chez les patients ?
-  Mesure in vivo par le [11C] PIB-Pet Scan de la charge lésionnelle en protéines amyloïdes Abeta et démences
- etc….


Revue systématique du risque lié àla conduite automobile et efficacité des stratégies compensatrices chez les déments

(J Am Geriatr Soc 2007 ; 55 : 878-884. Man-Son-Hing M) Les auteurs ont repris toutes les études cas-témoins publiées sur la conduite automobile chez les déments et ont retrouvé 23 études qu’ils ont incluses dans leur analyse. Les conducteurs déments avaient tous de moins bonnes performances en conduite sur route ou sur simulateur. Cependant une seule étude a répertorié objectivement les accidents de la route dont les conclusions montraient que les déments étaient plus souvent responsables que les témoins. Aucun travail n’a étudié le rendement des méthodes visant àcompenser ou améliorer les moins bonnes performances en conduite automobile.

Conclusion : les conducteurs déments sont de moins bons conducteurs que les sujets normaux mais les études n’ont pas démontré clairement un risque accru d’accidents de la route.


  Quelle relation entre les marqueurs de l’athérosclérose, le polymorphisme de l’APO-E et la démence

(Eur J Neurol 2007 ; 14 : 679-682. Altamura C.) Dans cette étude transversale 101 patients déments (68 souffrant de maladie d’Alzheimer et 33 de démence vasculaire) ont bénéficié d’un génotypage de l’APOE et d’une évaluation de l’épaisseur intima-média de la carotide ainsi que la présence de plaques d’athérome par écho-doppler. Les patients souffrant de maladie d’Alzheimer ayant un allèle epsilon-4 de l’APOE avaient une épaisseur intima-média plus importante par comparaison àceux n’ayant pas d’allèle epsilon-4 et aux déments vasculaires. Aucune relation ne fut trouvée entre le polymorphisme de l’APOE et la présence ou l’importance des plaques carotidiennes àla fois dans la maladie d’Alzheimer et la démence vasculaire.

Conclusion : l’allèle epsilon-4 de l’APOE pourrait favoriser l’augmentation de l’épaisseur intima-média de la carotide et interagir avec d’autres facteurs pour contribuer au développement d’une maladie d’Alzheimer.


- La présence cumulée de troubles visuels et cognitifs accroît-elle le risque de handicap chez les patients ?

(J Am Geriatr Soc 2007 ; 55 : 885-891. HE Whitson) Dans cette étude prospective 3878 personnes ont bénéficié d’une évaluation cognitive (échelle SPMSQ), d’une auto-évaluation de l’acuité visuelle (difficultés àreconnaître un ami dans la rue ou àlire un quotidien), du retentissement dans la vie quotidienne des différents handicaps (échelles ADL et IADL), et les auteurs les ont suivis jusqu’au décès et/ou l’institutionnalisation. Les sujets qui avaient àla fois des troubles cognitifs et visuels avaient un plus grand risque de handicap àl’IADL (OR =6,5, intervalle de confiance 95%, 4,34-9,75), de gêne àla mobilité (OR = 4,04, intervalle de confiance 95%, 2,49-6,54), de handicap àl’ADL (OR = 2,84, intervalle de confiance 95%, 1,87-4,32) et de survenue d’un handicap àl’ADL (OR = 3,66, intervalle de confiance 95%, 2,35-5,65). Dans chaque cas, le risque estimé associé au cumul des troubles était supérieur au risque estimé associé àune seule atteinte cognitive ou visuelle. Cet effet additionnel n’était pas observé pour les autres profils évolutifs défavorables étudiés. Aucune interaction fut constatée entre troubles cognitifs et troubles visuels comme facteurs prédictifs de handicap

Conclusion : les personnes qui ont àla fois des troubles visuels et cognitifs ont un risque de handicap plus élevé, avec un effet additif des troubles sur le risque de handicap. Ces résultats indiquent qu’il faut optimiser la fonction préservée en cas de découverte de troubles visuels ou cognitifs.


- Mesure in vivo par le [11C] PIB-Pet Scan de la charge lésionnelle en protéines amyloïdes Abeta et démences

(Neurology. 2007 May 15 ; 68(20) : 1718-25. Rowe CC, Ng S, Ackermann U, Gong SJ, Pike K, Savage G, Cowie TF, Dickinson KL, Maruff P, Darby D, Smith C, Woodward M, Merory J, Tochon-Danguy H, O’Keefe G,Klunk WE, Mathis CA, Price JC, Masters CL, Villemagne VL.) L’objectif de cette étude australienne fut d’évaluer la charge lésionnelle en protéine amyloïde Abeta dans différentes pathologies démentielles en Pet Scan avec comme marqueur de cette protéine, le [11C] PIB (11C-labeled Pittsburgh Compound-B). Trente-trois patients déments ont participé àcette étude : 17 présentaient une démence de type Alzheimer (DTA), 10 une démence àcorps de Lewy (DCL) 6 une démence fronto-temporale (DFT), et 9 des troubles cognitifs légers (Mild cognitive impairment, MCI). Les données ont été comparées àcelles de 27 sujets contrôles sans troubles cognitifs, appariés pour l’âge. La charge lésionnelle en [11C] PIB-PET était augmentée chez tous les sujets DTA, généralement basse et variable en cas de DCL, et négative pour la FTD. Pour les patients MCI, le profil de fixation était soit normal soit dans 60% des cas, de type DTA. La fixation prédominait au niveau precuneus, cingulaire postérieure, du cortex frontal, des noyaux caudés, puis des cortex temporal latéral et pariétal. Pour les patients DTA, et DCL, la charge lésionnelle était quantitativement indépendante de la sévérité de la maladie, mais était plus élevée chez les sujets APOEepsilon4. Pour 6 sujets contrôles (22%), le PET scan était anormal.

Conclusion, le [11C] PIB-PET scan est un marqueur in vivo des protéines amyloïdes Abeta pour les patients avec DTA, mais aussi DCL. Des études longitudinales, chez les sujets sains présentant une fixation du marqueur en PET-Scan serait utile pour savoir si celle-ci prédispose àla survenue d’une DTA.


- Intérêt du [11C] PIB-Pet Scan pour distinguer démence de type Alzheimer et dégénérescence lobaire fronto-temporale

(Neurology 2007 Apr 10 ; 68(15) : 1205-12. Rabinovici GD, Furst AJ, O’Neil JP, Racine CA, Mormino EC, Baker SL, Chetty S, Patel P, Pagliaro TA, Klunk WE, Mathis CA, Rosen HJ, Miller BL, Jagust WJ.) Dans cette étude, les auteurs ont exploré les capacités du Pet Scan avec utilisation d’un marqueur de la protéine amyloïde, le [11C] PIB, àdifférencier les patients avec une démence de type Alzheimer (DTA, n=7 ; MMS moyen=19,7 SD=7,1) de ceux avec une dégénérescence lobaire fronto-temporale (DLFT, n=12 ; MMS=22 SD=7,9). Les résultats ont de plus été comparés àceux de sujets contrôles sains sur le plan cognitif, et appariés pour l’âge, le sexe et le niveau d’éducation (n=8 ; MMS=29,5 SD=0,5). Les patients déments ont de plus bénéficié d’une étude du métabolisme cérébral du glucose par [18F]-FDG-Pet Scan. La lecture de tous ces examens était réalisée en aveugle. Une atteinte en [11C]-PIB-Pet Scan fut retrouvée pour chacun des patients DTA, et chez 4 des 12 avec DLFT. Pour ces 4 derniers, le [18F]-FDG-Pet Scan était évocateur de DTA dans la moitié des cas et de DLFT pour l’autre moitié. Pour un des 8 sujets contrôles, le [11C]-PIB-PET était anormal. Le volume moyen de distribution du marqueur [11C] PIB était significativement plus élevé dans le groupe DTA, au niveau de l’ensemble de l’encéphale, au niveau fronto-latéral, du précuneus, et temporo-latéral (p < 0.05), alors qu’il n’existait pas de différence entre DLFT et contrôles.

Conclusion, le Pet Scan marqué au [11C]-PIB, pourrait être une aide au diagnostic des DTA. Ces données sont àconfirmer par des études autopsiques.


- Évaluation du SPECT cérébral avec lecture assistée par ordinateur, méthode eZIS, et démences dégénératives àun stade précoce

(J Neurol Sci. 2007 May 8 ; Waragai M, Yamada T, Matsuda H.) Des auteurs japonais ont évalué l’intérêt du SPECT cérébral avec utilisation d’une méthode d’analyse assistée par ordinateur, l’eZIS (easy Z-score imaging system) chez des patients présentant une maladie dégénérative àun stade précoce : Démence de type Alzheimer (DTA), démence àcorps de Lewy (DCL), démence fronto-temporale (DFT), maladie de Parkinson idiopathique (MPI), Parkinson vasculaire (PV), atrophie multisystématisée de type cérébelleuse (c-MSA) , atrophie cérébelleuse corticale (ACC) et sclérose latérale amyotrophique (SLA). Une diminution du débit sanguin cérébral (DSC) a été observée au niveau du cortex cingulaire postérieur, du précuneus et du cortex pariétal en cas de DTA, du gyrus frontal et de l’insula en cas de DFT, du lobe occipital, du précuneus, du cortex cingulaire postérieur en cas de DCL, du striatum et du thalamus pour les PV, du pont et du cervelet pour les c-MSA, du cervelet pour les ACC et du cortex frontal pour les SLA. Une augmentation du DSC au niveau du striatum, du noyau dentelé et du thalamus a été retrouvée pour les patients MPI. Ces résultats sont concordants avec ceux habituellement rapportés dans la littérature.

Conclusion, cette méthode simple d’analyse assistée par ordinateur du SPECT permet de manière fiable d’explorer différentes pathologies dégénératives aux stades débutants.


- SPECT cérébral avec lecture assistée par ordinateur, méthode eZIS, et DTA aux stades précoces.

(Am J Neuroradiol. 2007 Apr ; 28(4) : 731-6. Matsuda H, Mizumura S, Nagao T, Ota T, Iizuka T, Nemoto K, Takemura N, Arai H, Homma A.) Les mêmes équipes japonaises ont de plus cherché si le SPECT cérébral avec lecture assistée par ordinateur avec méthode eZIS (easy Z-score imaging system), peut permettre de différencier spécifiquement patients avec DTA aux stades très précoces (n=40 ; 25 femmes ; âge moyen=71,0 ans, SD=8,5 ; MMS 24 à28, moyenne 25,7 +/-1,6 ) de sujets cognitivement sains appariés pour l’âge et le niveau de scolarité (n=40 ;22 femmes ; âge moyen = 71,0 ans, SD=0,3 ; MMS entre 26 et 30, moyenne 28,7 +/-1,5). Une réduction bilatérale du débit sanguin cérébral (DSC) au niveau des gyri cingulaires postérieurs, du précuneus et du cortex pariétal fut retrouvée chez les patients DTA et un diagnostic fut porté correctement dans 86% des cas.

Conclusion, cette étude multicentrique montre l’intérêt de cette méthode d’analyse des SPECT cérébraux pour le diagnostic des DTA débutantes.

Dans la même rubrique

Alzheimer : projet de décret
Personnes très dépendantes : un décret permet des structures de répit
Approches de projets de soins
Alzheimer : le mal du 21è siècle ?
Les trois quarts des résidents d’Ehpad souffrent de la maladie d’Alzheimer
Des réseaux gérontologiques dédiés à la maladie d’Alzheimer en projet à la MSA
Alzheimer et glucose
Alzheimer grande cause nationale 2007 ?
Le déclin cognitif léger pourrait être favorisé par la prise d’anticholinergiques !
L’étude du LCR au stade MCI
Faut-il prescrire un inhibiteur de la cholinestérase dans les Alzheimer évolués ?
Peut-on faire le diagnostic de maladie d’Alzheimer avec une prise de sang ?
Maladie d’Alzheimer : Analyse de la presse de référence
ALZHEIMER
Premiers essais des oméga 3 dans la maladie d’Alzheimer
Maladie d’Alzheimer : Revue de presse
OUTILS MUSICO-THERAPEUTIQUES
Infos maladie d’Alzheimer
L’Alzheimer au PET scan
Revue de presse Alzheimer
Revue de presse Alzheimer
Revue de presse Alzheimer
Revue de presse Alzheimer
Détecter précocement la maladie d’Alzheimer
Revue de presse Alzheimer
Revue de presse Alzheimer
Revue de presse Alzheimer 4 juillet 2007
L’association Alzheimer le Havre Pays de Caux organise
Diagnostic précoce Alzheimer
Revue de presse Alzheimer juillet 2007
AINS et Alzheimer : une nouvelle étude relance le débat
LES TROUBLES COGNITIFS CHEZ LES PERSONNES ÂGÉES PEUVENT ÊTRE REPÉRÉS EN MÉDECINE GÉNÉRALE
Le nouveau plan Alzheimer
Les statines protègent-elles de la maladie d’Alzheimer ?
Revue de presse Alzheimer septembre 2007
Dérèglement précoce du GPS cérébral dans la maladie d’Alzheimer
Revue de presse Alzheimer octobre 2007
Plan Alzheimer : 48 mesures proposées ce jeudi à Nicolas Sarkozy
Revue de presse novembre 2007
Prévenir l’épuisement des aidants
Alzheimer : Lancement de la "carte de soins et d’urgence"
Un rapport du Régime Social des Indépendants sur les dépenses de santé liées à la maladie d’Alzheimer
La dernière lettre de successfull aging
Le lent épuisement des proches de malades d’Alzheimer
Revue de presse Alzheimer mai 2008
Presse de référence Alzheimer
Analyse de la presse Alzheimer
Des allergies à l’Alzheimer : un sacré bond pour le dimebon
DENUTRITION ET MALADIE D’ALZHEIMER
Deux anti-Alzheimer donnent des résultats prometteurs
Un logiciel pour mieux diagnostiquer la maladie d’Alzheimer au stade précoce
Analyse de la presse Alzheimer
Revue de presse Alzheimer de PR éditions
Maladie d’Alzheimer : des risques pour les aidants
Alzheimer : en parler autour d’un café
Revue de presse Alzheimer
Revue de presse Alzheimer de PR éditions déc. 2008
Alzheimer : des symptômes avant le diagnostic
La maladie d’Alzheimer, un diabète du troisième type ?
CODEX un test rapide pour évaluer les fonctions cognitives
Comment différencier la démence du Parkinson et la démence à corps de Lewy ?
Alzheimer : ne pas traîner
Les médecins généralistes aussi efficaces que les cliniques de la mémoire

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
17 juin 2007
Statistiques de l'article :
47 visiteurs aujourd'hui
21670 visiteurs cumulés
Mots-clés :

Google

La citation du jour

Visiteurs ! Où êtes-vous ?

Map IP Address
Powered byIP2Location.com

Identifiez-vous

Certaines rubriques du site ne sont accessibles qu'aux visiteurs identifiés


mot de passe oublié ?

SPIP 1.9.2c [10268] | BliP 2.4 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 4329 (3376408)