EGOS : ROSELYNE BACHELOT RETIENT L’ESSENTIEL DES PROPOSITIONS DU GROUPE DE CONCERTATION SUR LA MÉDECINE GÉNÉRALE

Le 11 février 2008, par Louis LEVY,

PARIS, 11 février (APM Santé) - La ministre de la santé, Roselyne Bachelot, a retenu les principales pistes de réforme du groupe permanent de concertation, en clôture de la première journée nationale de restitution des travaux consacrée à la "médecine générale de premiers recours" dans le cadre des états généraux de l’organisation de la santé (Egos), qui s’est déroulée vendredi à Paris.

Devant un auditoire constitué en majorité de professionnels de santé libéraux et des principaux acteurs du système de santé, Roselyne Bachelot est revenue sur la synthèse de ce premier groupe, élaborée sous l’égide d’Annie Podeur, directrice de l’hospitalisation et de l’organisation des soins (Dhos), et du Pr Yvon Berland, président de l’Observatoire national de la démographie des professions de santé (ONDPS).

Elle a rappelé que ces travaux, qui seront complétés par ceux d’un deuxième groupe de concertation rassemblant les médecins spécialistes et les autres professionnels de santé, contribueront àl’élaboration pour l’été d’un projet de loi de modernisation du système de santé, qu’elle a présenté comme l’"une des plus importantes réformes de notre système de santé depuis la loi de 1958".

La ministre de la santé n’a pas annoncé de mesures particulières mais a dégagé plusieurs pistes de réforme, articulées selon les trois grands axes qui animaient la journée : l’amélioration de la formation des généralistes, le regroupement des professionnels et la mise en place de mesures incitatives pour améliorer leur répartition.

LES MISSIONS DU GENERALISTE DANS LE CODE DE SANTE PUBLIQUE

Comme le suggère le groupe de concertation, Roselyne Bachelot s’est prononcée pour l’adaptation du dispositif de formation des médecins généralistes, afin d’améliorer l’attractivité de ce métier qui ne doit pas être choisi "par défaut" selon elle.
Elle souhaite ainsi inscrire les missions du médecin généraliste de premier recours dans le code de la santé publique.

Ces missions consisteraient à"assurer la prise en charge médicale de premier recours" organisée par territoire, "y compris dans les hôpitaux locaux et dans les structures d’hospitalisation àdomicile", àorienter le patient dans le parcours de soins coordonnés, en faisant de la prévention et en participant àla permanence des soins.
"Pour attirer les plus jeunes vers la médecine générale, il conviendra d’assurer une meilleure formation initiale, une formation plus en rapport avec des missions clairement identifiées, et ce dès la première année", a souligné la ministre, qui a également plaidé pour une "véritable filière de médecine générale renforcée" et la revalorisation de son diplôme d’études spécialisées (DES).

Elle a plaidé pour un "recrutement plus interrégional" et une modulation du numerus clausus en fonction des besoins des régions et de la démographie médicale, en association avec "une stratégie pluriannuelle concernant les étudiants en médecine admis en deuxième année au niveau national".

En second lieu, elle a insisté sur le nécessaire accompagnement "de la rénovation de l’offre de soins de premier recours", qui passe par le regroupement des professionnels et la création de maisons de santé pluridisciplinaires.

STRUCTURATION PAR BASSIN DE VIE

"Le changement d’approche par rapport àl’offre de premier recours impose de favoriser le regroupement des professionnels de santé afin d’assurer une prise en charge globale de la population dans un bassin de vie", a-t-elle déclaré.
Elle a également plaidé pour le développement de maisons de santé pluridisciplinaires "ou de toutes autres formes d’exercice regroupé" répondant àun cahier des charges minimum agréé par les pouvoirs publics.

Roselyne Bachelot a appuyé l’idée d’instaurer un guichet unique àl’installation des professionnels, qui les guiderait dans leurs démarches, et évoqué le développement d’une "ingénierie" au sein des missions régionales de santé (MRS) afin d’aider les promoteurs de "projets locaux de santé".
Elle a par ailleurs insisté sur la "nécessité de mieux faire fonctionner ce qui existe déjà", en améliorant la coordination entre professionnels, notamment entre généralistes et spécialistes.

S’agissant des mesures visant àune meilleure répartition des professionnels, Roselyne Bachelot a renvoyé au cadre conventionnel des relations entre professionnels de santé libéraux et assurance maladie la discussion de "mesures d’orientation", qu’elle souhaite avant tout incitatives.
"Ces mesures doivent avoir pour objet principal d’inciter les professionnels, qu’ils soient jeunes ou déjàinstallés, àexercer leur métier sur l’ensemble du territoire et en priorité dans les zones où les besoins de santé sont imparfaitement couverts", a-t-elle observé.

La ministre de la santé a évoqué des "outils incitatifs forts" pour les zones les plus défavorisées médicalement, en rappelant les pistes de la synthèse : mutualisation des fonctions supports (secrétariat, comptabilité) pour l’exercice regroupé, contrats d’engagements entre les étudiants et les collectivités territoriales, contrat territorial d’installation entre les professionnels et l’assurance maladie, facilitation de l’exercice en cabinet secondaire ou àtemps partiel.
Sans jamais prononcer les termes "coercition" ou "mesures désincitatives", Roselyne Bachelot a néanmoins précisé que les débats conduits lors des Egos conduisaient "àne pas exclure d’envisager, de manière ciblée et dans des cas très spécifiques, des mesures de régulation respectueuses de la solidarité intergénérationnelle dans les zones très surdotées".

Interrogée en marge de son intervention sur une éventuelle remise en cause de la liberté d’installation, évoquée lors du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2008 et qui avait conduit àla mobilisation des internes puis la mise en place des Egos, la ministre a répondu par la négative.
"Notre organisation de soins de premiers recours est basée sur trois principes auxquels il ne faut pas toucher : la liberté d’installation, la solidarité et la responsabilité. Mais tout cela n’empêche pas de penser àdes mécanismes d’incitation qui permettent de rééquilibrer les territoires", a-t-elle déclaré.

SROS AMBULATOIRES PILOTES PAR LES ARS

Enfin, la ministre de la santé a évoqué la nécessité de mettre en place "une stratégie d’aménagement sur le territoire de l’offre de soins de premier recours qui soit plus cohérente avec l’ensemble de la population", et suggéré l’instauration de schémas régionaux d’organisation sanitaire (Sros) pour les soins de premier recours, qui seraient pilotés par les futures agences régionales de santé (ARS).
"Il faut aussi réfléchir àune organisation territoriale. Les problèmes de la Réunion ou de la Guyane ne sont pas les problèmes de désertification que l’on peut trouver dans certaines zones périurbaines de la région parisienne ou dans certains départements ruraux", a expliqué Roselyne Bachelot àla presse àl’issue de son intervention.

"C’est pour cela qu’il faut que cette organisation territoriale réponde àces spécificités, d’où la création des agences régionales de santé qui pourront àla fois mener des politiques de santé publique adaptées aux besoins de la population (…) et aussi organiser le schéma de ces soins de premier recours selon ces spécificités territoriales", a-t-elle conclu sur ce point.
La synthèse générale des Egos, nourrie des réflexions du groupe de concertation des généralistes et de celui rassemblant les médecins spécialistes et les autres professionnels de santé, se tiendra le 2 avril prochain àParis, a précisé la ministre.

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
11 février 2008
Statistiques de l'article :
14 visiteurs aujourd'hui
13504 visiteurs cumulés
Mots-clés :

Google

La citation du jour

Visiteurs ! Où êtes-vous ?

Map IP Address
Powered byIP2Location.com

Identifiez-vous

Certaines rubriques du site ne sont accessibles qu'aux visiteurs identifiés


mot de passe oublié ?

SPIP 1.9.2c [10268] | BliP 2.4 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 2623 (3128244)