Du déclin cognitif léger à l’Alzheimer : qu’attendre des biomarqueurs du LCR ?

Le 21 août 2009, par Louis LEVY,

Si l’on veut proposer une prise en charge précoce dans l’espoir de freiner l’évolution de la maladie d’Alzheimer, il apparaît essentiel de pouvoir déceler le passage d’un déclin cognitif léger (DCL) à une démence de type Alzheimer (DTA) débutante. Les biomarqueurs dosables dans le liquide céphalo-rachidien (LCR) ont suscité et suscitent encore de grands espoirs dans l’identification précoce des malades atteints d’un DCL qui évolue lentement vers la DTA. Les études qui ont nourri de tels espoirs portent en général sur de petits effectifs et il manque quelques études prospectives plus démonstratives pour envisager l’accès de ces biomarqueurs à la pratique courante.

Une étude de cohorte multicentrique s’inscrit dans cette démarche. Elle s’est déroulée en deux parties : 1) étude transversale de type cas-témoins incluant des patients atteints d’une DTA et des témoins, l’objectif étant de définir les seuils pathologiques des divers marqueurs du LCR ; 2) étude de cohorte prospective menée entre 1990 et 2007 chez des patients atteints d’un DCL. In fine, cette étude réalisée en Europe et aux Etats-Unis aura inclus près de 1 600 sujets répartis en trois « groupes » : DCL (n=750), DTA (n=529) et témoins (n=304). En cas de DCL, le suivi aura été d’au moins 2 ans, plus bref si l’évolution vers la DTA s’est concrétisée avant.

Les biomarqueurs suivants ont été dosés dans le LCR : protéine bêta-amyloïde 1-42 (Abêta 1-42), protéine tau totale (T-tau), protéine tau phosphorylée en position thréonine 181 (P-tau). Leurs performances diagnostiques ont été évaluées en termes de sensibilité, de spécificité, de rapport de vraisemblance négative et positive (RVN et RVP), enfin de valeur prédictive négative (VPN) et positive (VPP).

Au cours du suivi, chez 271 patients sur 759, le DCL a évolué vers une DTA et pour 59 d’entre eux vers une autre démence. La combinaison du rapport Abêta 1-42/P-Tau et de T-tau a permis d’identifier les DTA débutantes avec les performances suivantes :

1) sensibilité : 83 % ;
2) spécificité : 72 % ;
3) RVP : 3,00 ;
4) RVN : 0,24 ;
5) VPP : 62 % ;
6) VPN : 88 %.

Cette étude multicentrique bien menée démontre qu’une combinaison simple de trois biomarqueurs présents dans le LCR permet de détecter le passage d’un DCL vers une forme débutante de DTA ou d’autres démences, avec des performances diagnostiques relativement satisfaisantes, néanmoins nettement inférieures à celles relevées dans des petites études monocentriques publiées antérieurement. De fait, il n’est pas question, pour l’instant, d’accéder à la pratique neurologique courante. Une standardisation plus poussée des techniques analytiques et des procédures cliniques s’impose à l’évidence au travers d’autres études de grande envergure.

19/08/09
(JIM)
Dr John Sorri

Post-Scriptum :

Mattson N et coll. : CSF biomarkers and incipient Alzheimer disease in patients with mild cognitif impairment. JAMA 2009 ; 302 : 385-393.

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
21 août 2009
Statistiques de l'article :
26 visiteurs aujourd'hui
15673 visiteurs cumulés

Google

La citation du jour

Visiteurs ! Où êtes-vous ?

Map IP Address
Powered byIP2Location.com

Identifiez-vous

Certaines rubriques du site ne sont accessibles qu'aux visiteurs identifiés


mot de passe oublié ?

SPIP 1.9.2c [10268] | BliP 2.4 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 4325 (3376218)