AGGIR nouvelles recommandations

Le 25 novembre 2006, par Jean Christophe MOUTERDE,

Désormais pour chacune des variables de la grille AGGIR, les professionnels sont invités às’interroger sur les quatre adverbes,
 spontanément,
 totalement,
 habituellement
 et correctement.


La signification de ces adverbes pour chaque item étudié est précisée et détaillée dans un "cahier d’évaluation".

A chaque fois les professionnels doivent répondre par « oui  » ou par « non  » àces adverbes. S’ils obtiennent quatre « non  », il est nécessaire alors de coter C. S’ils répondent « oui  » aux quatre adverbes, c’est une cotation A qui est la bonne.

Enfin, si la réponse est « non  » pour 1 à3 adverbes, alors c’est la cotation B qui s’impose. Surtout, l’évaluation n’est plus menée "De le tête aux pieds" (cohérence, orientation… etc) mais du "Matin au Soir" au fil de la journée : se lever, se laver , manger, et les items cohérence orientations n’apparaissent qu’en fin d’évaluation.

Les questions àposer sur ces 2 derniers items me paraissent être très utile pour préciser les questions et éviter une sous évaluation.

Le texte intégral de ce document validé par la CNAMTS est disponible sur le site.

Jean Christophe MOUTERDE

Post-Scriptum :

voir sur le site de papidoc, l’article sur le sujet.
 

Documents joints à l'article

Grilles AGGIR
PDF | 46.3 ko | document publié le 25 novembre 2006
recommandations CNAM
PDF | 352 ko | document publié le 25 novembre 2006
 

Commentaires de l'article

 
Jean loup DUROS
Le 14 avril 2006

" je m’interroge"

Ayant vu en présentation par deux fois l’EHPAD de Beauvais avec 103 lits Alzheimer je suis resté ébahi devant les capacités et moyens mis en place dans cet établissement. Lors du congrés des coordonnateurs un chiffre de 1,59 en GIR moyen et non bien entendu le GMP m’a étonné. Je me suis renseigné d’autant plus que cette maison accueille des Alzheimer encore mobilisable dans leurs capacités restantes afin de pouvoir agir en cohérence avec le milieu , les ateliers la communication….d’où mon interrogation sur place et par courrier mail. Je me félicite pour eux que les choses se soient bien passées avec le conseil général et c’est un exemple qu’il faut méditer , il doit y en avoir bien d’autres. Sans retranscrire mot par mot la réponse du Dr. Cnockaert je vous en livre le sens général :

"Un long travail avec le conseil général Une certaine souplesse sans trop de contrôles tatillons. Un dément déambulant est orientation et cohérence "C" c’est non négociable. La répartition du coup sur un gros établissement s’établit sous la forme 25% de GIR I et le reste en gros en GIR II ( avec qq GIR III et GIR IV)"

J’ai pris contact pour visiter l’EHPAD avec mon directeur, le médecin de mon conseil général… il n’ y a pas de raison…

Cela a bousculé pas mal notre médecin du conseil général qui du coup est parti(e) à la recherche des textes et arguments, bref à la pêche au gros ( pour ne pas perdre gros). La réponse : la nouvelle grille validée par la CNAMTS n’est pas officielle, il existe une interprétation sur les aides du remplissage ( habituellement, totalement, correctement……) qui perturbe les résultats. Cette grille n’est pas ou ne serait pas officielle ou si vous voulez il n’y aurait pas de décret d’application modifiant officiellement la grille de 2001 ( Décret 2001/ 1084 du 20/11/2001).

Il est vrai et cela nous interesse de transformer des GIR 3 ou 4 en GIR 2 . Ou en êtes vous dans vos chaumières ? On en entendra parler !

Qu’en pensent les gens du syndicat de gériatrie ? Où en est ce débat..là ?

NB : Entre temps le médecin du coseil général de chez nous estime avoir les réponses à ses questions et décline l’invitation sur BEAUVAIS

 
Jean loup DUROS
Le 14 avril 2006

" je m’interroge"

Ayant vu en présentation par deux fois l’EHPAD de Beauvais avec 103 lits Alzheimer je suis resté ébahi devant les capacités et moyens mis en place dans cet établissement. Lors du congrés des coordonnateurs un chiffre de 1,59 en GIR moyen et non bien entendu le GMP m’a étonné. Je me suis renseigné d’autant plus que cette maison accueille des Alzheimer encore mobilisable dans leurs capacités restantes afin de pouvoir agir en cohérence avec le milieu , les ateliers la communication….d’où mon interrogation sur place et par courrier mail. Je me félicite pour eux que les choses se soient bien passées avec le conseil général et c’est un exemple qu’il faut méditer , il doit y en avoir bien d’autres. Sans retranscrire mot par mot la réponse du Dr. Cnockaert je vous en livre le sens général :

"Un long travail avec le conseil général Une certaine souplesse sans trop de contrôles tatillons. Un dément déambulant est orientation et cohérence "C" c’est non négociable. La répartition du coup sur un gros établissement s’établit sous la forme 25% de GIR I et le reste en gros en GIR II ( avec qq GIR III et GIR IV)"

J’ai pris contact pour visiter l’EHPAD avec mon directeur, le médecin de mon conseil général… il n’ y a pas de raison…

Cela a bousculé pas mal notre médecin du conseil général qui du coup est parti(e) à la recherche des textes et arguments, bref à la pêche au gros ( pour ne pas perdre gros). La réponse : la nouvelle grille validée par la CNAMTS n’est pas officielle, il existe une interprétation sur les aides du remplissage ( habituellement, totalement, correctement……) qui perturbe les résultats. Cette grille n’est pas ou ne serait pas officielle ou si vous voulez il n’y aurait pas de décret d’application modifiant officiellement la grille de 2001 ( Décret 2001/ 1084 du 20/11/2001).

Il est vrai et cela nous interesse de transformer des GIR 3 ou 4 en GIR 2 . Ou en êtes vous dans vos chaumières ? On en entendra parler !

Qu’en pensent les gens du syndicat de gériatrie ? Où en est ce débat..là ?

NB : Entre temps le médecin du coseil général de chez nous estime avoir les réponses à ses questions et décline l’invitation sur BEAUVAIS

 
jcmouterde
Le 14 avril 2006
Bonjour, Pour moi, il n’y a pas de "nouvelle grille" et la grille de 2001 reste tout à fait applicable. Simplement, des précisions sont données sur les modalités de remplissage et les questions à se poser. Elles permettent de remplir au mieux cette grille, sans sous-cotation. Bien sur le conseil général préfère une sous cotation… Les établissements ont des moyens proportionnels au GMP ce qui est parfaitement inadapté, puisque plus les équipes travaillent mal, plus le GMP augmente ! Donc une élévation "brutale" du GMP dans un établissement peut être le reflet d’une mauvaise prise en charge, alors que les objectifs des équipes doivent être de stabiliser ou de diminuer le GMP par l’efficacité de la prise en charge !!
 
jcmouterde
Le 14 avril 2006
Bonjour, Pour moi, il n’y a pas de "nouvelle grille" et la grille de 2001 reste tout à fait applicable. Simplement, des précisions sont données sur les modalités de remplissage et les questions à se poser. Elles permettent de remplir au mieux cette grille, sans sous-cotation. Bien sur le conseil général préfère une sous cotation… Les établissements ont des moyens proportionnels au GMP ce qui est parfaitement inadapté, puisque plus les équipes travaillent mal, plus le GMP augmente ! Donc une élévation "brutale" du GMP dans un établissement peut être le reflet d’une mauvaise prise en charge, alors que les objectifs des équipes doivent être de stabiliser ou de diminuer le GMP par l’efficacité de la prise en charge !!

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
8 décembre 2006
Statistiques de l'article :
13 visiteurs aujourd'hui
20755 visiteurs cumulés
Mots-clés :

Google

La citation du jour

Visiteurs ! Où êtes-vous ?

Map IP Address
Powered byIP2Location.com

Identifiez-vous

Certaines rubriques du site ne sont accessibles qu'aux visiteurs identifiés


mot de passe oublié ?

SPIP 1.9.2c [10268] | BliP 2.4 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 2554 (3134472)